Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
préparons-nous bien à l'examen régional

préparation pour l'examen régional

sujet: la superstition

Sujet de production écrite

 

 

Ahmed Sefrioui a critiqué les superstitions telles que : la voyance, le charlatanisme, le maraboutisme et la notion de « Chorfas » dans le Maroc des années cinquante (1952). Rédigez un article où vous dénoncez les superstitions du Maroc contemporain.

 

  De tout temps, et dans tous les pays, quels que soient les gens, la superstition existe sur diverses formes. Elle est liée à des événements religieux , fondée sur la crainte ou l'ignorance. On se transmet de génération en génération, des expressions, des faits, des situations, des exemples auxquels chacun croit plus ou moins, mais il faut à tout prix se préserver du mal, du mauvais œil ou de la mort. Alors pour ne plus craindre ce qui peut arriver de déplaisant, chacun se rappelle ce que ses parents lui ont transmis.

D’abord, a travers son roman autobiographique à caractère ethnographique, L'auteur Ahmed Sefrioui nous raconte des scènes relatives aux superstitions qui sévissaient à l'époque coloniale des années 20 pendant laquelle la plupart des marocains végétaient dans la misère. Evidemment, les démunis privés du stricte minimum de moyens matériels, recourent aux charlatans afin de soulager leurs maux physiques et moraux. L'exemple de Lalla Zoubida, la mère du narrateur Sidi Mohammed, et de son amie Lalla Aicha est très significatif .La visite du sanctuaire de Sidi Ali Boughaleb ne les a pas comblées de bénédiction de « baraka » mais elle s'est transformée en cauchemar ; puisque Sidi Mohammed a été la victime de l'attaque d'un « matou» d’un chat.

Ensuite, , notre société marocaine croit toujours aux miracles des marabouts notamment chez les classes populaires  .Certainement, le manque d'aisance et de moyens matériels poussent les gens à se soulager à l'aide de remèdes bon marché et de recettes miraculeuses moins coûteuses parce que leur budget ne leur permet pas de consulter des spécialistes, ceci est pour eux un luxe.

Enfin, le progrès d'une nation passe par l'instruction .Or, le taux d'analphabètes est toujours élevé, les conditions de vie de la plupart des foyers marocains laissent à désirer a cause de la pauvreté et de la misère.

En guise de conclusion, , la superstition trouve ses origines dans la nature humaine surtout celles, confrontées à la frustration et au désespoir qui  ne reposent sur aucun fondement scientifique. lutter contre ce fléau nécessite l'amélioration du niveau socio-économique des citoyens.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article