Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
préparons-nous bien à l'examen régional

préparation pour l'examen régional

sujet: l'image de la femme marocaine dans la boite à merveilles

Sujet:   “La Boite à merveilles” représente l’image de la femme marocaine de façon négative. Développez cette réflexion en vous appuyant sur des arguments pertinents.

 

    On dit souvent que la femme est la moitié de la société. Elle joue un rôle primordial dans l’éducation des générations à venir. Actuellement, elle jouit des mêmes droits que l’homme. Or, dans "la Boîte à merveilles" d’Ahmed Sefrioui, le lecteur est confronté à une image souvent dévalorisante de la femme traditionnelle du Maroc du début du 20ème siècle.


    D’abord, la femme est superstitieuse. La Chouafa, Kanza, la voyante est consultée surtout par des femmes. La proposition suggérée  par Lalla Aicha à Lalla Zoubida afin d’emmener l’enfant Sidi Mohamed au mausolée Sidi ALI Boughaleb de recouvrer la bonne santé  est aussi un exemple très significatif. La mère fait le tour des principaux marabouts et voyants de Fès pour guérir son enfant pendant l’absence du père. Elle n’a eu  même pas l’idée de recourir au service d’un médecin ou de lui donner des médicaments.

Ensuite, la femme dans ce roman est bavarde comme une pie .Effectivement, Lalla Zoubida tient chaque soir à faire le bilan des menus événements de toute la journée au père. Le narrateur affirme que son père prie beaucoup et parle peu, alors que sa mère prie peu et parle beaucoup. Lalla Zoubida est une bonne comédienne qui joue des scènes devant les voisines pour se moquer des maris de certaines femmes. Elle ne garde pas le secret des malheurs de Lalla Aicha et de son mari avec son associé Abdelkader.

Enfin, la femme agit selon ses sentiments. Elle suit la voix de son cœur au lieu  de suivre celle de la raison. A ce propos, on peut évoquer sa réaction devant le problème de la disparition de Zineb. Toutes les femmes se mettent à pleurer, à se lamenter à exhorter Rahma à la patience avec au lieu de faire quelque chose d’utile comme les hommes.


   En guise de conclusion,Personnellement, je pense qu’ Ahmed Sefrioui n’a pas tout à fait tort, mais il ne faut pas oublier que la femme marocaine n’a pas toujours été négative et passive . Elle a participé à la résistance contre le colonialisme au même titre que les hommes. La femme de Fès est connue aussi par sa piété et sa participation dans la vie sociale. L’exemple de Fatima El Fihria qui a bâti la mosquée Alqaraouine en est un exemple éloquent et convaincant.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article